Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre santé - Epidémiologie - Agir
Ces 4 et 5 novembre 2008 à Paris, Colloque européen sur la biosurveillance humaine
par Véronique Paternostre - 8 septembre 2008
« Des biomarqueurs à la biosurveillance humaine » comme instrument de soutien à la politique de santé environnementale.

Organisé par l’InVS (Institut National de veille sanitaire) avec le soutien du Minsitère français de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne.

Les biomarqueurs, à quoi ça sert ?

La mesure dans les liquides et tissus biologiques de biomarqueurs d’exposition aux polluants, mais aussi de biomarqueurs d’effets ou de susceptibilité, suscite un grand intérêt en santé environnement et santé travail.

Pourquoi ? Car ces techniques permettent :

• en médecine du travail, de surveiller l’imprégnation de travailleurs à certains polluants (retrait règlementaire du poste de travail au-delà d’un certain seuil de plombémie par exemple) ;

- d’évaluer l’imprégnation de populations exposées et non exposées à certains polluants. Ces investigations sont souvent locales (autour d’un site minier ou industriel par exemple) ;

- de déterminer, dans de grandes enquêtes sur des échantillons représentatifs de la population, des niveaux de référence de l’imprégnation à certains polluants et de surveiller l’évolution de ces niveaux au cours du temps.

Objectifs du colloque

- illustrer et discuter la place et la valeur ajoutée de la biosurveillance en santé publique par rapport à d’autres approches (évaluation des risques à partir de données métrologiques environnementales par exemple), sur la base de l’expérience de programmes existants dans différents pays d’Europe et d’Amérique du Nord ;

- présenter les résultats déjà obtenus par des programmes européens (protocoles, guides) et les perspectives de mise en oeuvre de la biosurveillance tant au niveau régional, national, qu’européen (étude pilote européenne, enquête européenne transversale périodique avec examens de santé) ;

- examiner la faisabilité et les aspects opérationnels de la biosurveillance : compétences nécessaire (besoins de formation, de recherche et développement), infrastructures (laboratoires, biobanques), coûts, organisation et modalités de financement, place des industriels et des ONG, instruments réglementaires, enjeux éthiques et de communication.

Renseignements et inscriptions

Inscription gratuite via leur site.

Plus d’infos ?contact à l’InVS : helena.medeiros@invs.sante.fr

Lieu :

Salle Laroque, Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative 14, avenue Duquesne 75 350 PARIS 07 cedex - France

Métro : St François Xavier, Ecole Militaire, Ségur

Voir aussi :
Contagion flamande bienvenue ! Histoire d’un bio-monitoring qui se fait désirer...
par Véronique Paternostre - 18 juin 2008
Entre 2002 et 2006, la Flandre a analysé auprès de 4.458 personnes la présence d’un certain nombre de substances toxiques dans le corps humain. Ce (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP