Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Et l’aspect social ?
Les systèmes de santé favoriseraient-ils les riches ?
par Alain Geerts - 16 octobre 2009
Une étude suisse montre que le taux de survie des malades souffrant de cancer de la prostate dépend du niveau de leurs revenus.

Les malades souffrant d’un cancer de la prostate et ayant un statut socio-économique faible vont davantage décéder que les patients ayant des revenus plus élevés. C’est la conclusion d’une nouvelle étude des chercheurs suisses à paraître dans le journal médical de l’association américaine du cancer - Cancer - du 1er décembre 2009. Les résultats de l’étude indiquent que les malades pauvres reçoivent des soins de moins bonne qualité que les patients plus riches.

Plusieurs études précédentes concernant la mortalité chez les patients à statut socio-économique faible ont été déjà faites en Amérique du Nord et en particulier aux Etats-Unis. Les chercheurs ont voulu savoir comment les disparités financières ont affecté la mortalité chez les patients suisses, un pays possédant un système de santé extrêmement bien développé.

L’étude a été menée par le Dr Elisabetta Rapiti, M.D., M/H, et ses collègues de l’université de Genève sur les patients souffrant de cancer de la prostate entre 1995 et 2005. Elle a concerné 2.738 patients identifiés par le registre du cancer de Genève. Les statuts socio-économiques a été évalués sur la base du métier pratiqué au moment du diagnostic. Les investigateurs ont comparé les caractéristiques des patients, des tumeurs ainsi que des traitements dans les différents groupes socio-économiques.

En comparaison avec les patients à statut socio-économique élevé, ceux à statut socio-économique bas ont eu une détection de la maladie moins fréquente par dépistage, souffraient de stades plus avancés lors du diagnostic et ont reçu moins de tests pour caractériser leur cancer.

Les patients présentant un statut socio-économique faible ont eu deux fois plus de risque de décès par cancer de la prostate. Selon les auteurs cette plus grande mortalité est totalement expliquée par le retard de diagnostic et par l’utilisation de thérapeutiques moins complètes, indiquant par là une utilisation inéquitable des ressources du système de santé. Les auteurs montrent que la différence de mortalité est plus marquée chez les patients souffrant de maladies avancées et que le choix thérapeutique est probablement le facteur le plus important. Ils estiment que ces inégalités de santé liées au statut socio-économique devraient recevoir la plus haute priorité des politiques de la santé publique pour permettre l’amélioration des diagnostics et des traitements qui en conséquence pourraient aider à réduire les différences socio-économiques rencontrées dans cette étude.

source : Impact de statut socio-économique sur le diagnostic, le traitement, et le pronostic de cancer de prostate. Elisabetta Rapiti, Gerald Fioretta, Robin Schaffar, Isabel Neyroud-Caspar, Helena M Verkooijen, Franz Schmidlin, Raymond Miralbell, Roberto Zanetti, Christine Bouchardy. Cancer Edité en ligne le 28 septembre 2009

Article repris sur le site médiCMS.be

Voir aussi :
Psychanalyse du changement climatique : comment faire le deuil de la planète que nous connaissons
par Alain Geerts - 9 avril 2014
Plusieurs raisons expliquent nos difficultés à admettre qu’un changement climatique est en cours et que l’humanité en subira les conséquences. (...)
Réduire la population ou les inégalités ?
par Alain Geerts - 31 mars 2014
Sujet tabou, la question du contrôle démographique des populations ne laisse personne indifférent. Elle émerge parallèlement à une prise de conscience (...)
Les quartiers défavorisés ne sont pas toujours les plus pollués
- 19 octobre 2012
Le Monde, un article de Paul Benkimoun Pourquoi, après avoir fortement diminué en France entre 1985 et 2000, la mortalité périnatale a-t-elle (...)
« Professionnels et publics : comment se rencontrer ? Au départ de nos ressources et de nos différences"
- 9 octobre 2012
Le CLPS-Bw organise le 27 novembre prochain à l’Hôtel de Ville de Wavre, une conférence locale sur le thème : « Professionnels et publics : comment se (...)
La santé demeure scandaleusement un luxe
- 8 avril 2011
Les inégalités de santé se sont aggravées : l’amélioration ne bénéficie pas aux plus démunis. Il y a urgence à mettre en place des mesures structurelles (...)
Travailler ensemble pour améliorer la qualité de vie et de la santé
par Valérie Xhonneux - 7 mars 2011
Comment travailler ensemble pour améliorer la qualité de vie et la santé, entre services, entre échevinats, avec les associations, avec les (...)
Précarité et santé : tout un dossier !
par Olivier Mélanie - L’Observatoire - 7 juillet 2010
Le dernier numéro de la revue L’Observatoire est centré sur « Santé et précarité » - N°65, Juillet 2010 Ce dossier a été conçu en collaboration avec (...)
Les inégalités sociales tuent et rendent malade
par Alain Geerts - 23 janvier 2010
L’espérance de vie en bonne santé est de 51 ans dans le Hainaut. Pourtant, les soins de santé y sont de qualité et l’accès est satisfaisant. Une (...)
Davantage de bien-être pour les publics précarisés...
par Anne Thibaut - 25 mars 2009
La revue L’Observatoire consacre un numéro sur « Davantage de bien-être pour les publics précarisés » Dans une société où l’accumulation de biens, de (...)
Comment améliorer la communication destinée aux populations précarisées
par Anne Thibaut - 23 février 2009
Dans le cadre général des inégalités environnementales et le cas particulier de pollutions des sols en Région wallonne. Comment attirer l’attention (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP