Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Pesticides - Comprendre
Substances dangereuses : votre droit de savoir...et d’agir !
par Valérie Xhonneux - 12 février 2010
Des substances dangereuses pour la santé et l’environnement se trouvent dans les produits que nous utilisons quotidiennement. Nous pouvons changer les choses en faisant pression sur les entreprises d’une manière très simple : en leur posant des questions. La campagne du Bureau Européen de l’Environnement (BEE) « Votre droit de savoir » vous y invite.

Le règlement REACH donne aux consommateurs européens le “droit de savoir” quelles sont les substances chimiques les plus nocives présentes dans les produits. Les substances chimiques sont considérées comme « problématiques » dès leur inscription sur la liste des substances extrêmement préoccupantes. Une fois nominées, elles sont candidates à autorisation (voire à une restriction d’autorisation) par la Commission européenne avant leur mise sur le marché. Cette liste s’étoffe lentement, trop lentement (lire l’article « Une goutte d’eau dans l’océan »). A ce rythme, les délais fixés par la Commission pour substituer ou restreindre l’utilisation des substances chimiques seront largement dépassés. Le BEE, en coordination avec plus d’une dizaine d’autres ONG, invite les citoyens à agir via la campagne « Votre droit de savoir » (site internet de la campagne Consumer Right to Know – CRtK pour les intimes).

La démarche est simple : il faut d’abord sélectionner un produit sur lequel vous souhaitez obtenir des informations. On trouve des substances chimiques nocives dans de nombreux articles de consommation courante : les cosmétiques, les appareils électroniques, les matelas, les tapis, les ustensiles de cuisines, les jouets, etc. Ensuite, adresser par courrier (sur base du modèle repris en pièce jointe par exemple) votre demande d’information au fabricant européen concerné et nous signaler cet envoi par mail. Vous pouvez exiger cette information avant ou après l’achat d’un produit.

Cette action vous donne donc la possibilité de faire des choix plus informés sur les produits que vous achetez et leur usage. Si vous en faites la demande, les fabricants ont l’obligation de vous indiquer dans un délai de 45 jours si l’article contient des substances inscrites sur la Liste des « substances extrêmement préoccupantes ». L’entreprise doit aussi vous fournir suffisamment d’informations pour utiliser l’article en toute sécurité. Poser des questions, c’est aussi montrer aux fabricants que vous préférez des produits plus sûrs.

N’oubliez pas une dernière étape : nous informer des réponses obtenues (ou de l’absence de réponse dans le délai de 45 jours).

Par l’intermédiaire de cette campagne citoyenne, le BEE vise avant tout à obtenir des fabricants des informations concernant les substances les plus préoccupantes présentes dans leurs produits. Mais également à identifier l’existence potentielle d’une politique relative aux produits dangereux au sein de ces compagnies et leur volonté de substituer les substances chimiques les plus problématiques. Avec, pour objectif final, moins de polluants dans nos produits, notre environnement et nos organismes.

Voir aussi :
Consultation publique sur le plan national « Pesticides » : les ONG aident le citoyen à aller à l’essentiel !
par Alain Geerts - 23 mars 2017
Glyphosate, pesticides perturbateurs endocriniens, dépendance aux pesticides, … autant de sujets très présents dans l’actualité qui préoccupent les (...)
L’avis de l’ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales
par Fil d’infos et actualité - 16 mars 2017
Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l’association européenne Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), la décision de l’Agence européenne (...)
Pesticides : les abeilles, victimes de contraception forcée
par Fil d’infos et actualité - 29 juillet 2016
Les néonicotinoïdes pourraient causer l’infertilité des abeilles mâles. Un dommage collatéral de cet insecticide qui est controversé, selon les (...)
Vente de pesticides et protection des particuliers : les jardineries se prennent un zéro pointé !
par Valérie Xhonneux - 14 juillet 2016
Des bénévoles d’Inter-Environnement Wallonie, Velt et Natagora se sont rendus dans près de 60 jardineries pour évaluer le respect de la législation (...)
Glyphosate : l’Europe s’enlise, la Wallonie avance !
par Alain Geerts - 7 juin 2016
Ce lundi 06 juin, l’Europe vient, pour la troisième fois, d’échouer à obtenir une majorité qualifiée pour autoriser la prolongation de commercialisation (...)
Pesticides agricoles et santé des riverains
par Lionel Delvaux - 25 mai 2016
L’imaginaire relatif au caractère idyllique de la vie dans nos campagnes s’est, ces dernières années, terni du fait de la prise en compte d’un nouveau (...)
Glyphosate : le vote du Parlement Européen inspirera-t-il la Commission ?
par Valérie Xhonneux - 23 avril 2016
Ce 13 avril, les députés européens votaient une résolution relative au glyphosate. D’abord votée en Commission Environnement, sous le copilotage de (...)
Déception : la Belgique soutient le renouvellement de l’autorisation du glyphosate, classé cancérigène probable pour l’homme
par Valérie Xhonneuxpar Alain Geerts - 5 mars 2016
Malgré un courrier circonstancié envoyé hier par une large coalition d’associations aux ministres belges concernés par le renouvellement au niveau (...)
La Belgique doit dire NON au glyphosate !
par Alain Geerts - 4 mars 2016
Greenpeace, Velt, Test-Achats, BBLv, Nature & Progrès, Kom op teigne Tanker, l’Alliance for Childhood et IEW viennent d’envoyer à Marie (...)
Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu
par Fil d’infos et actualité - 9 juin 2015
Information très intéressante publiée dans Le Monde selon laquelle la maladie de Parkinson est reconnue comme maladie professionnelle en France et (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP