Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents chimiques - Positions
La traque des substances (très) dangereuses s’intensifie
par Valérie Xhonneux - 4 mai 2011

Outil élaboré par l’association ChemSec, la liste SIN [1] vise à soutenir la mise en œuvre de l’arsenal législatif européen, en proposant d’accélérer la substitution des substances qu’elle reprend par des alternatives plus sûres. Sa constitution a été rendue nécessaire par le fait que la version officielle de cette liste, la liste des substances dites « candidates » ne s’étoffe que lentement - trop lentement - pour permettre une pleine mise en œuvre du règlement REACH. L’objectif annoncé de la Commission Européenne de 106 substances reprises sur la liste pour 2012 ne sera probablement pas atteint.

La liste SIN 1.1 identifiait 356 substances chimiques très problématiques, sur base des critères du règlement REACH. Cancer, altérations de l’ADN et perturbations du système reproducteur ne sont que quelques exemples de effets néfastes de ces substances - pourtant toujours présentes à l’heure actuelle dans nombre de produits de consommation courante, qu’il s’agisse de détergents, de peintures, d’ordinateurs ou même de jouets, entrainant notre exposition quotidienne à ces éléments et à leurs effets sanitaires.

Ce 3 mai, la liste a été mise à jour. Cette version 2.0 comprend désormais 22 substances supplémentaires, aux propriétés bien particulières, puisqu’il s’agit de perturbateurs du système endocrinien, On peut les trouver dans les cosmétiques, les jouets ou les contenants alimentaires et ces substances sont liées à de multiples maladies : cancers, diabètes, désordres comportementaux et altération de la fertilité, notamment.

L’objectif de ce focus sur les perturbateurs endocriniens est clairement d’attirer l’attention des décideurs sur cette problématique, et de les inviter à mettre en pratique une série de mesures indispensables, les principales étant la mise en œuvre d’une stratégie d’identification des perturbateurs endocriniens et la définition de critères d’identification, combinée à un contrôle et une réduction de l’exposition à ces substances.

Ce dernier point est désormais clairement identifié par nombre de chercheurs et de médecins comme la meilleure solution pour prévenir le développement de certains cancers. Leur initiation pouvant avoir lieu durant le développement utérin, la priorité doit clairement être accordée à la réduction de l’exposition de la femme enceinte et des enfants en bas age, comme nous vous en parlions ici

Au moment même où était publiée la liste SIN2.0, les parlementaires français ont voté une proposition de loi interdisant la production, l’utilisation et l’importation des alkylphénols, phtalates et parabens du fait de leurs propriétés de perturbation du système endocrinien. Si rien n’est encore effectivement gagné (elle doit avant tout passer par l’étape d’un vote au Sénat et passer outre un gouvernement défavorable à une telle mesure), ce vote reconnaît de facto de manière officielle la dangerosité de ces substances !

notes :

[1] (pour Substitute It Now)

Voir aussi :
MENACE SUR LE CERVEAU – Agir pour protéger les enfants des produits chimiques qui menacent le développement cérébral
par Valérie Xhonneux - 7 mars 2017
CHEM Trust publie aujourd’hui un rapport qui montre comment les produits chimiques présents dans l’alimentation et les produits de consommation (...)
Perturbateurs endocriniens : nouvel échec de Bruxelles
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
La Commission européenne renonce, pour la troisième fois, à soumettre au vote son projet de réglementation de ces produits chimiques dangereux (...)
Pollution de l’air : au-delà de la météo, agir enfin sur les causes !
par Céline Tellier - 8 décembre 2016
La Belgique subit depuis ce mardi un pic de pollution sur l’ensemble de son territoire. Inter-Environnement Wallonie tient à rappeler qu’au-delà (...)
Duel de réputation : Bayer / Monsanto
par Alain Geerts - 6 octobre 2016
« La fusion entre la firme allemande Bayer, celle qui a inventé l’aspirine, et l’américain Monsanto étonne. Si Bayer a bonne réputation, celle de (...)
Soirées : « Agir pour la santé dans l’environnement »
par Valérie Xhonneux - 4 octobre 2016
Notre santé et celle de l’environnement sont intimement liées. Nos conditions et modes de vie ont un impact sur notre environnement (pollution de (...)
Participez d’ici le 28 juillet à l’enquête publique sur les perturbateurs endocriniens
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2016
Le 15 juin, la Commission Européenne a présenté sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens. Adoptés tels quels, ils ne (...)
Glyphosate : le principe de précaution jeté aux orties
par Valérie Xhonneux - 1er juillet 2016
La Commission a annoncé ce 28 juin qu’elle prolongeait pour 18 mois l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Si la déception est de mise (...)
Le Ministre Borsus entendra-t-il ses parlementaires : la Belgique ne doit plus autoriser le glyphosate !
par Valérie Xhonneux - 27 juin 2016
Depuis plusieurs mois, la saga autour du glyphosate fait rage, et nous avons pu observer les passes d’armes entre les autorités européenne, fédérale (...)
Perturbateurs endocriniens : les ministres DOIVENT, ce vendredi, obliger la Commission à se conformer à la décision de la Cour de Justice !
par Valérie Xhonneux - 4 mars 2016
Ce vendredi 4 mars a lieu le Conseil des ministres de l’environnement européen. Son agenda prévoit un point de discussion sur les critères (...)
Bisphénol A : Liberté pour l’entreprise, Egalité pour les seuls Français !
par Valérie Xhonneux - 1er octobre 2015
L’interdiction française d’utilisation du BPA dans les contenants alimentaires n’a pas ravi l’industrie, on s’en doute. Mais les tentatives des lobbys (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP