Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Aaah, ces fragrances qui nous rendent... malades !
par Valérie Xhonneux - 15 juin 2011
A l’instar des entreprises chimiques en général, les fabricants de cosmétiques sont très réticents à fournir la composition exacte de leurs produits. Est-ce parce-qu’ils sont irréprochables d’un point de vue santé ?...

Les différences entre la législation Européenne et Canadienne sur les produits cosmétiques permettent aux fabriquants qui en distribuent indifféremment des deux côtés de l’Atlantique de s’adapter aux exigences spécifiques « locales », notamment en refusant à certains consommateurs ce qui est un droit acquis pour les autres.

C’est le constat de la Fondation David Suzuki, association canadienne qui vient de tester le « droit de savoir ». Celui-ci n’est pas intégré dans la législation canadienne relative aux cosmétiques, contrairement à ce qui se passe en Europe du fait des exigences du règlement REACH qui, faut-il le rappeler, ne sont pas scrupuleusement suivies, loin s’en faut !.

Les questions posées par la Fondation concernaient de manière spécifique les quelque 3000 ingrédients de fragrance (parfums chimiques utilisés dans les cosmétiques). Phtalates, muscs et autres joyeusetés sont ainsi utilisés, certains d’entre eux étant irritants, susceptibles de déclencher des allergies, des migraines, des symptômes d’asthme... D’après les résultats d’études menées en laboratoires, certains sont même soupçonnés d’être cancérigènes et neurotoxiques. Le règlement sur les cosmétiques canadien stipule que les ingrédients de la plupart des produits d’hygiène personnelle doivent être énumérés sur l’emballage par ordre décroissant de concentration, à l’exception des ingrédients dans les mélanges de fragrance. Cette faille laisse toute latitude aux fabricants de classer sous le nom générique de « parfum » tout ingrédient ajouté pour « produire ou masquer une odeur ». Et même des produits signalés comme étant « sans parfum » ou « non parfumé » peuvent contenir des ingrédients de fragrance sous la forme de produits qui masquent l’odeur d’autres ingrédients ! La législation européenne est quant à elle plus stricte : elle stipule que 26 allergènes de contact utilisés comme ingrédients de fragrance doivent être indiqués sur l’étiquette.

42 entreprises ont dont été contactées et trois questions posées :
- pouvons-nous disposer de la liste complète des ingrédients de fragrance de chaque produit ?
- des phtalates entrent-ils dans leur composition ?
- leurs parfums contiennent-ils l’un des 26 allergènes qui doivent figurer sur la liste d’ingrédients en vertu de la règlementation européenne sur les cosmétiques ?

Sur les 42 entreprises contactées, 34 ont répondu, mais pas une seule n’a répondu à la première question. Quinze entreprises ont reconnu que des phtalates étaient présents dans leurs produits ; 21 n’ont tout simplement pas répondu à la question. Enfin, seules 7 entreprises ont répondu à la question sur les allergènes. La réponse de Procter & Gamble sur les phtalates est particulièrement illustrative de l’état d’esprit de l’entreprise : « On nous pose des questions sur les phtalates. La catégorie est vaste. Les phtalates ne sont pas tous les mêmes. La famille des phtalates s’apparente à celle des champignons. Comme les champignons, certains sont sécuritaires, d’autres ne le sont pas. » No comment !

Henkel, Unilever et Procter&Gamble ont toutes trois précisé qu’elles n’abordaient la question d’ingrédients de fragrance spécifiques que si le médecin de famille d’un consommateur en faisait la demande.

Le rapport complet est disponible ici. Il se conclu sur trois recommandations :
- les fabricants devraient être tenus de divulguer la liste complète de leurs ingrédients de fragrance ;
- les fabricants doivent être tenus d’identifier les allergènes de contact sur l’étiquette du produit, en commençant au minima par les 26 ingrédients déjà règlementés par l’Union Européenne ;
- les produits commercialisés comme étant sans parfums ou non parfumés devraient véritablement être exempts d’ingrédients de fragrance chimiques.

En guise de conclusion :

Que les fabricants de cosmétiques (et de produits dont la composition reprend des substances chimiques suspectes), quand ils sont face à deux législations pour le même produit, n’aient même pas la décence de s’aligner sur la législation la plus « stricte » en dit long sur l’esprit de transparence qui les anime. Ceci indique clairement que la collaboration, les accords volontaires ou tous autres « mécanismes » non contraignants ne sont en général que des stratégies pour échapper au seul outil qui devrait donc être de mise : la législation contraignante accompagnée de mécanisme de contrôle et de sanction adéquats. Aussi dommage cela soit-il...

Voir aussi :
MENACE SUR LE CERVEAU – Agir pour protéger les enfants des produits chimiques qui menacent le développement cérébral
par Valérie Xhonneux - 7 mars 2017
CHEM Trust publie aujourd’hui un rapport qui montre comment les produits chimiques présents dans l’alimentation et les produits de consommation (...)
Perturbateurs endocriniens : nouvel échec de Bruxelles
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
La Commission européenne renonce, pour la troisième fois, à soumettre au vote son projet de réglementation de ces produits chimiques dangereux (...)
Pollution de l’air : au-delà de la météo, agir enfin sur les causes !
par Céline Tellier - 8 décembre 2016
La Belgique subit depuis ce mardi un pic de pollution sur l’ensemble de son territoire. Inter-Environnement Wallonie tient à rappeler qu’au-delà (...)
Duel de réputation : Bayer / Monsanto
par Alain Geerts - 6 octobre 2016
« La fusion entre la firme allemande Bayer, celle qui a inventé l’aspirine, et l’américain Monsanto étonne. Si Bayer a bonne réputation, celle de (...)
Soirées : « Agir pour la santé dans l’environnement »
par Valérie Xhonneux - 4 octobre 2016
Notre santé et celle de l’environnement sont intimement liées. Nos conditions et modes de vie ont un impact sur notre environnement (pollution de (...)
Participez d’ici le 28 juillet à l’enquête publique sur les perturbateurs endocriniens
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2016
Le 15 juin, la Commission Européenne a présenté sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens. Adoptés tels quels, ils ne (...)
Glyphosate : le principe de précaution jeté aux orties
par Valérie Xhonneux - 1er juillet 2016
La Commission a annoncé ce 28 juin qu’elle prolongeait pour 18 mois l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Si la déception est de mise (...)
Le Ministre Borsus entendra-t-il ses parlementaires : la Belgique ne doit plus autoriser le glyphosate !
par Valérie Xhonneux - 27 juin 2016
Depuis plusieurs mois, la saga autour du glyphosate fait rage, et nous avons pu observer les passes d’armes entre les autorités européenne, fédérale (...)
Perturbateurs endocriniens : les ministres DOIVENT, ce vendredi, obliger la Commission à se conformer à la décision de la Cour de Justice !
par Valérie Xhonneux - 4 mars 2016
Ce vendredi 4 mars a lieu le Conseil des ministres de l’environnement européen. Son agenda prévoit un point de discussion sur les critères (...)
Bisphénol A : Liberté pour l’entreprise, Egalité pour les seuls Français !
par Valérie Xhonneux - 1er octobre 2015
L’interdiction française d’utilisation du BPA dans les contenants alimentaires n’a pas ravi l’industrie, on s’en doute. Mais les tentatives des lobbys (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP