Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Activités agricoles - Comprendre
Tourteaux contaminés, sangliers empoisonnés : il ne fait pas bon fréquenter certaines côtes de France !
par Pierre Titeux - 27 juillet 2011
Une trentaine de sangliers ont été retrouvés morts depuis début juillet sur une plage bretonne envahie par les algues vertes. Parallèlement, on apprend que les tourteaux de la Baie de Seine présentent des concentrations en dioxine et en PCB de 63 à 87% supérieures aux limites réglementaires. Et dans un cas comme dans l’autre, l’explication du phénomène semble résider dans une pollution de l’environnement...

La prolifération des algues vertes liée, selon l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), à « des concentrations élevées dans les eaux de nitrates apportés par les activités humaines, en particulier l’agriculture » frappe la Bretagne depuis plusieurs années. La situation y est d’ailleurs telle qu’un « Plan national de lutte contre les algues vertes » a été lancé en janvier 2010. Problème : ce plan se concentre essentiellement sur le ramassage plutôt que sur la prévention. Ce que les associations environnementales dénoncent vu la dangerosité potentielle de ces matières dont la putréfaction dégage des gaz dangereux voire mortels (méthane, hydrogène sulfuré, ammoniac...)

Ainsi, en 2009, un cheval est mort après une promenade sur une plage infestée d’algues vertes. L’autopsie démontra que cette mort était consécutive à un oedème pulmonaire consécutif à l’inhalation d’hydrogène sulfuré (H2S).

Plus grave : une instruction est actuellement en cours suite au décès, toujours en 2009, d’un chauffeur transportant des algues vertes. La famille est en effet convaincue que ce décès, officiellement attribué à un « arrêt cardiaque », résulte d’une intoxication par des gaz mortels provenant de la cargaison.

Des analyses toxicologiques sont actuellement en cours pour tenter de déterminer la cause de l’hécatombe frappant les sangliers mais les algues vertes figurent bien évidemment au premier rang des suspects. D’autant plus que si l’autopsie des deux premiers marcassins a conclu à un « étouffement dû à une présence de vase dans les voies aériennes supérieures », les autorités n’en ont pas moins interdit l’accès à la plage sur laquelle les cadavres furent découverts...

Voilà en tout cas qui apporte un crédit supplémentaire à la campagne lancée en mars dernier par France Environnement pour dénoncer le danger des algues vertes, campagne qui lui avait valu d’être vouée aux gémonies par une classe politique quasi unanime (lire notre chronique sur le sujet : « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt... »).

Le déni face à ce problème est tel que les environnementalistes locaux craignent qu’il faille attendre un accident dramatique, que des enfants soient touchés, pour voir une réaction à la mesure de l’enjeu. Dans l’attente de mesures structurelles de prévention, essentiellement dans l’agriculture, les acteurs mobilisés sur le terrain réclament l’intervention urgente de l’armée afin assurer le nettoyage des plages souillées.

Pêches pourries

Il n’y a pas que la Bretagne qui soit affectée par une pollution environnementale inquiétante. Un peu plus au nord, la Baie de Seine doit elle aussi faire face à une contre-publicité dont elle se passerait bien.

Dans un avis rendu en mai dernier, l’Agence de sécurité sanitaire écrit en effet que « les tourteaux sont considérés en moyenne non conformes aux limites réglementaires sur l’ensemble de la Baie de Seine et leurs non commercialisation et non consommation sont recommandées ». La teneur en dioxines et en PCB (polychlorobiphényles) dépasse, selon les cas, de 63 à 87% la limite réglementaire !

En dépit de cet avertissement, les préfets de Haute et Basse Normandie n’ont pas jugé pertinent de prendre des arrêtés d’interdiction de la pêche, de la commercialisation et de la consommation de ces crustacés. Ils considèrent en effet qu’une interdiction sur l’ensemble de la Baie serait « absurde » car « les résultats des mesures sont hétérogènes selon les endroits des prélèvements et ont besoin d’être complétés ».

Autrement dit, les gastronomes en visite dans le coin qui ne pourront résister à l’appel du tourteau doivent espérer que les specimens dans leur assiette proviennent d’une zone de pêche « hétérogènement favorable » !

Il convient en outre de préciser que l’avis de l’Anses confirme la contamination des sardines, dont la pêche est interdite depuis 2010, et recommande de analyses sur l’étrille et l’araignée de mer. Rassurant, n’est-il pas ?

Pour rappel, la dioxine est un polluant généré, notamment, par l’incinération des déchets ; les PCB sont quant à eux des molécules aujourd’hui interdites qui étaient utilisées comme lubrifiants dans les transformateurs électriques. Ces éléments se sont accumulés au fil du temps dans les sédiments des fleuves et des estuaires où ils sont consommés par les poissons et crustacés avant de se fixer dans leurs graisses...

Voir aussi :
Les socialistes français préfèrent l’agro-industrie à l’agriculture paysanne
par Alain Geerts - 20 février 2015
Ce samedi 21 février s’ouvre en France le salon de l’agriculture inauguré par un discours du président François Hollande. C’est l’occasion pour les (...)
Pierre Rabhi : « L’agroécologie doit être une alternative sociale »
par Fil d’infos et actualité - 28 février 2014
Ses ouvrages font référence, ses conférences font salle comble. Né en 1938, le paysan, écrivain - auteur notamment de l’« Agroécologie pour nos (...)
Science et conscience : « conclusions » remarquables sur l’affaire Séralini
par Alain Geerts - 29 novembre 2013
Nous avons suivi les multiples rebondissements de l’affaire Séralini, née dans le sillage de la publication des résultats inquiétants d’une étude sur (...)
Non aux 1000 vaches : signez l’appel !
par Alain Geerts - 18 septembre 2013
Envie de paysans ? De vrais paysans, pas des industriels dont le seul intérêts est de produire toujours plus, hors sol, et sans considération pour (...)
Effets à long terme des OGM : 2 nouvelles études, mais...
par Fil d’infos et actualité - 17 septembre 2013
Et si G.-E. Séralini avait raison ? Son étude, publiée en septembre 2012, a certes été critiquée par les comités d’experts, mais l’onde de choc qu’elle (...)
EXCLUSIF : Séralini répond à ses détracteurs
- 5 octobre 2012
A en croire ses contradicteurs, dont beaucoup sont liés à l’industrie agro-alimentaire, M. Séralini aurait réalisé une étude sans aucune valeur. Il (...)
OGM : l’EFSA rejette en l’état l’étude Séralini
- 4 octobre 2012
L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rejeté en l’état, jeudi 4 octobre, l’étude du chercheur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité d’un (...)
OGM : le riche avenir du maïs toujours vert
par Alain Geerts - 28 août 2012
Une intéressante info glânée sur le site de Libération qui nous indique que Monsanto continue envers et contre tout à manipuler génétiquement les (...)
Une espèce d’abeille disparue, redécouverte... et déjà condamnée ?
- 9 juin 2012
Le 9 mai dernier, une espèce d’abeille qui n’avait plus été observée en Belgique depuis 1971 a été redécouverte à Tihange. Cette espèce probablement (...)
Engrais azotés : des coûts collectifs 2X plus importants que les bénéfices pour l’agriculture !
- 12 avril 2011
L’azote émis par l’agriculture aurait un impact conséquent pour la santé et l’environnement à l’échelle de l’Europe. Une étude publiée à l’occasion d’une (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP