Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Activités domestiques - Comprendre
Hommage à David Servan-Schreiber
par Alain Geerts - 27 juillet 2011
En hommage à David Servan-Schreiber, décédé il y a peu d’un cancer du cerveau après 20 ans de lutte sereine et engagée, nous nous permettons de vous livrer les témoignages de personnes qui l’on côtoyé de près. Nous tenons ainsi à saluer le combat scientifique, médical et pédagogique pour aider les personnes atteintes du cancer à renforcer leur résistance à la maladie.

L’annonce du décès du neuropsychiatre David Servan-Schreiber a suscité de nombreux hommages et témoignages. L’auteur des livres à succès Guérir et Anticancer s’est éteint dimanche soir, à Fécamp, en France, à l’âge de 50 ans.

Directeur associé de l’Institut Prévenir-Guérir avec David Servan-Schreiber, le Dr Philippe Presles parle de son collègue comme un homme de lumière, de progrès et de courage.

« Il irradiait de lui une force tranquille, un amour inconditionnel des êtres humains et un respect indéfectible pour la nature. Il n’a eu de cesse que de partager la science avec le grand public. Il savait être clair, accessible et novateur : ses questionnements sont maintenant devenus des domaines de recherche à part entière. »

Il souligne aussi que David Servan-Schreiber avait le courage de ses convictions et ne reculait pas. « À peine remis de sa rechute, en juin 2010, je l’ai vu préparer une conférence pour les chirurgiens de la Royale Académie de Hollande. Cette épreuve se présentait comme un véritable marathon. Il a su trouver l’énergie pour convaincre son auditoire. »

Pour lui, le plus bel hommage à lui rendre est de continuer son oeuvre en mettant à profit ses messages en matière de santé. « Concrètement, de l’activité physique (le plus efficace des remèdes selon lui), de la vitamine D (par le soleil ou les substituts), une alimentation riche en fruits et légumes, légumineuses, céréales complètes et moins de protéines animales (pas plus d’une fois par jour), de même qu’une pratique pluriquotidienne de la cohérence cardiaque et de la méditation. Prendre le temps de se concentrer sur le présent quand il est bon, que cela soit un sourire, un concerto pour piano de Mozart ou un jus de grenade, c’est tout un art. C’est l’art d’être tout à soi, qui permet d’être si intensément tout aux autres. »

Au Québec, la Dre Sylvie Dodin, gynécologue, chercheuse et médecin consultante à l’Agence de la santé et des services sociaux de la capitale nationale, a côtoyé à plusieurs reprises le Dr Servan-Schreiber. Elle se rappelle qu’à la publication de son premier livre, elle avait tenté la chance en le contactant pour donner la conférence d’ouverture de la première journée de la chaire en approche intégrée en santé de la Faculté de médecine, en 2002.

« Il avait gentiment accepté. Mes collègues et moi-même avions été subjugués par son esprit scientifique, mais avant tout par sa passion et sa capacité à la communiquer. Il m’a fourni l’élan indispensable pour développer mes projets en approche intégrée en santé. De nos rencontres, je n’oublierai jamais nos longues discussions, son esprit bouillonnant, ses nombreuses interrogations et ses idées de projet », se remémore-t-elle.

Dre Dodin poursuit et s’interroge : « Et s’il n’avait pas eu ce diagnostic de cancer du cerveau à 31 ans, et s’il n’était pas devenu patient et traitant ? Probablement qu’il aurait été un excellent neuropsychiatre et chercheur avec un gros CV, comme nous aimons le dire dans notre jargon d’universitaire ! Mais jamais, j’en suis convaincue, il n’aurait vécu sa vie si intensément. En puisant au plus profond de lui-même, il a maximisé son don de communicateur. Aujourd’hui, j’ai envie de lui dire : Merci David ! En mon nom et au nom de toutes les femmes et les hommes que je côtoie dans ma vie de clinicienne et d’enseignante. »

À Montréal, le psychiatre et chercheur François Lespérance a travaillé avec David Servan-Schreiber dans le cadre de recherches cliniques sur la dépression et les oméga-31. « Nous partagions les mêmes passions scientifiques. Son livre Guérir mettait en mots bien des choses auxquelles je croyais déjà, le rapprochement s’est fait naturellement. »

Le Dr Lespérance souligne avec quelle détermination David Servan-Schreiber, déjà engagé dans un ambitieux parcours scientifique, a surmonté l’épreuve de son premier diagnostic de cancer. « Cela a bouleversé ses priorités, mais il en a fait quelque chose de plus grand encore. Il s’est engagé à faire quelque chose pour les autres ! Son action était éminemment politique. Il avait la conviction que l’on pouvait changer le monde en informant les gens, en changeant nos habitudes de vie, etc. »

Selon le Dr Lespérance, l’action de David Servan-Schreiber aura fait en sorte que les gens ont eu envie de prendre leur santé en main et de s’informer davantage au lieu de demeurer dans un sentiment d’impuissance. « C’est une tendance qui est maintenant de plus en plus forte : les gens sont appelés à ne plus compter uniquement sur la médecine pour prendre soin de leur santé. C’est un changement de perspective très important, le patient devient un acteur à part entière par ses choix, en modifiant ses habitudes, en s’informant, en étant critique, etc. Ses qualités de vulgarisateurs ont grandement agi à cet égard. » L’oeuvre de David Servan-Schreiber

En 2003, David Servan-Schreiber a publié Guérir, un livre sur les états émotionnels et les réseaux neuronaux. Il y parle notamment d’aliments à préconiser contre la dépression et l’anxiété, notamment ceux contenant des oméga-3. L’ouvrage a été vendu à plus de 1,3 million d’exemplaires et traduit dans 28 langues.

En 2007, dans Anticancer, il lance son grand message : il est possible d’augmenter ses défenses contre le cancer par l’alimentation, l’exercice physique et la méditation. Il ne s’agit pas d’une solution de rechange aux méthodes de la médecine classique, mais plutôt une façon de mettre toutes les chances de son côté. Le livre sera réédité et révisé à la lumière de nouvelles preuves en 2009.

En juin 2011, David Servan-Schreiber a fait paraître un dernier ouvrage intitulé On peut se dire au revoir plusieurs fois. Il s’agit du plus personnel de tous ses livres où il pose un regard lucide sur sa vie et son message à l’aube de la mort.

Un article de Claudia Morissette – PasseportSanté.net

Voir aussi :
Enclencher la transition vers un monde plus sain pour nos enfants !
par Valérie Xhonneux - 13 mars 2017
L’Organisation mondiale de la santé vient de publier deux nouveaux rapports sur les conséquence dramatique de la pollution de l’environnement sur la (...)
Quelle tactique quand les tiques attaquent ?
par Fil d’infos et actualité - 10 avril 2014
Tout qui pratique la randonnée (ou d’autres activités) en pleine nature n’a pu échapper aux tiques, ces bestioles peu ragoûtantes qui se gavent de (...)
« Peut être utilisé en agriculture bio » : oui, mais...
- 8 juillet 2013
Le Cuprex Garden d’Aveve est préconisé pour lutter contre diverses maladies cryptogamiques (provoquées par des champignons) des plantes. Sont visés (...)
Pub et santé : aiguiser l’esprit critique des jeunes
par Fil d’infos et actualité - 12 juin 2013
Les jeunes sont une cible marketing privilégiée des industriels, notamment pour des produits peu recommandés pour leur santé. Développer leur esprit (...)
Une meilleure sécurité des consommateurs
par Fil d’infos et actualité - 24 mai 2013
Un renforcement de la coopération dans l’Union pour une meilleure sécurité des consommateurs. En 2012, les États membres ont adopté au total 2 278 (...)
Banc solaire aussi dangereux que le tabac et l’amiante
par Alain Geerts - 5 décembre 2012
La Fondation contre le Cancer lance une campagne pour mettre les consommateurs en garde contre les bancs solaires. Elle demande l’enregistrement (...)
Lingettes bébé et santé
- 21 novembre 2012
Source : le blog de santé-habitat.be Attention aux lingettes contenant du phénoxyéthanol, encore appelé « phénoxytol » ou « EGPhE ». Une étude (...)
Ce 19 novembre : la journée des toilettes
par Alain Geerts - 19 novembre 2012
L’organisation chaque année depuis dix ans le 19 novembre d’une journée mondiale des toilettes a contribué à lever quelque peu le tabou sur un sujet (...)
Les allumeurs du dimanche
par Karine Thollier - 15 septembre 2012
L’incinération de déchets à domicile, une pratique du passé ? Pas encore, hélas... Il y a fort à parier que certains de nos lecteurs en ont été témoins (...)
Ta mer en tong
par Alain Geerts - 6 juin 2012
Du 8 juin au 1er septembre 2012, Eau de Paris expose des objets pas tout à fait comme les autres au Pavillon de l’Eau à Paris. En accueillant « Ta (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP