Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents physiques - Comprendre
Amiante : les salariés sont-ils assez protégés sur les chantiers ?
- 25 avril 2012

L’amiante, véritable bombe à retardement pour la santé, est encore présent en masse dans les constructions en France, où des milliers de salariés oeuvrent à son retrait. Mais le font-ils en toute sécurité et leurs employeurs sont-ils suffisamment contrôlés ?

Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (Inrs), « des dizaines de millions de mètres carrés de matériaux amiantés » sont encore en place. Quelque 900.000 travailleurs sont potentiellement exposés à cette fibre cancérigène, qui devrait être responsable de 100.000 morts d’ici à 2025, selon les autorités sanitaires.

Les plus exposés sont les salariés des chantiers de désamiantage, soit entre 2.000 et 5.000 personnes, selon le syndicat patronal Syrta (Syndicat du Retrait et du Traitement de l’Amiante).

Leur sécurité pose d’autant plus question depuis la publication, en septembre, d’un rapport de l’Inrs révélant des risques jusqu’alors méconnus.

Après une campagne de prélèvements via une méthode inédite (Meta) qui permettait de voir les fibres les plus fines, l’Institut a relevé des « niveaux d’empoussièrement d’une ampleur inattendue », ces fibres, jusqu’ici ignorées s’étant avérées cancérigènes.

Le ministère du Travail a donc jugé nécessaire de revoir la réglementation. Un projet de décret est « en cours d’examen au Conseil d’Etat », a indiqué le ministère à l’AFP, pour une entrée en vigueur prévue le 1er juillet.

Le décret prévoit de diviser par dix la valeur limite d’exposition professionnelle (Vlep) « de 100 fibres par litre à 10 f/l », un abaissement qui se fera sur trois ans pour permettre de « réévaluer l’efficacité des appareils de protection respiratoire ».

Le ministère fait valoir qu’avec cette réglementation la France « aura la réglementation la plus exigeante au monde en matière de protection » contre l’amiante.

En attendant, les pouvoirs publics recommandent « une élévation du niveau de prévention » sur les chantiers. En clair, les employeurs sont invités à anticiper sur la législation, ce qui place les inspecteurs du travail dans une situation délicate.

Un moratoire sur les chantiers ?

Selon Jean-Louis Osvath, responsable de l’association d’inspecteurs L611-10, les agents se retrouvent contraints de « faire appliquer une réglementation qui n’est pas encore applicable ».

Pour Pierre Mériaux, du syndicat SNUTEFE-FSU, « il y a une contradiction majeure entre le fait de découvrir (...) que les taux de pollution sont bien supérieurs à ce qu’on attendait et que donc les chantiers sont dangereux, et le fait d’attendre trois ans pour diviser par dix le seuil de fibres qu’on considère comme acceptable ».

Pour les chantiers les plus à risque, les inspecteurs sont appelés à utiliser des masques à adduction d’air en lieu et place des masques à ventilation assistée, moins protecteurs.

Problème, l’inspection du travail n’en a pas, même si le ministère assure qu’un appel d’offres est en cours. Les agents sont donc invités à utiliser ceux des employeurs.

« On nous demande de remettre notre sécurité dans les mains d’une entreprise qu’on va contrôler en la suspectant de ne pas avoir atteint son niveau de sécurité minimale pour ses salariés. C’est parfaitement contradictoire », pointe M. Mériaux.

Gérald Grapinet, président du Syrta qui représente 60% du chiffre d’affaires du secteur, assure de son côté que « tous les entrepreneurs sont au courant que l’on doit (...) tenir compte dès à présent de la dangerosité des fibres d’amiante et de ce que va devenir la réglementation ».

Le Parti socialiste a tout de même demandé un moratoire sur les chantiers « à risque ». Mais le ministère a rétorqué que ce n’était pas nécessaire, les inspecteurs ayant le pouvoir de fermer lesdits chantiers. Encore faut-il qu’ils puissent s’y rendre.

Source : Libération.fr

Crédit photographique : © LianeM - Fotolia.com

Voir aussi :
Amiante : ne pas se mettre la tête dans le sable
par Fil d’infos et actualité - 9 mars 2015
L’amiante est toujours présente dans certains bâtiments, et notamment dans certaines écoles. C’est un fait qu’il faut prendre au sérieux en mettant en (...)
Nanoparticules d’argent : prudence, donc limitation !
par Fil d’infos et actualité - 6 mars 2015
L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) vient de rendre publics son avis et son rapport d’évaluation des risques liés aux nanoparticules (...)
Amiante : « Le déni du crime industriel »
par Alain Geerts - 9 décembre 2014
Nous évoquions il y a peu le déni opposé aux victimes de l’amiante par la cour suprême italienne au prétexte que le droit et la justice, c’est (...)
Amiante : quand le droit sert l’injustice et dénie les victimes !
par Alain Geerts - 24 novembre 2014
La Cour suprême italienne vient de casser la décision de la Cour d’appel de Turin qui avait condamné en juin 2013 le propriétaire des usines de (...)
Tabagisme et espérance de vie : les chiffres, enfin !
par Fil d’infos et actualité - 6 août 2014
Une étude comparative du WIV-ISP entre fumeurs, non-fumeurs et ex-fumeurs quantifie les effets du tabagisme sur l’espérance de vie et ses (...)
Particules fines : effets nocifs maximums et coûts très élevés
par Fil d’infos et actualité - 15 octobre 2013
Un nouveau rapport MIRA précise que les particules fines représentent environ trois quarts des « pertes d’années de vie en bonne santé » liées aux (...)
Amiante : un risque dangereusement sous-estimé par les plombiers
par Fil d’infos et actualité - 5 octobre 2013
La Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) a annoncé, mardi 1er octobre, lancer une grande campagne de (...)
Amiante : cynisme privé et lâcheté publique !
par Alain Geerts - 15 mai 2013
L’amiante revient à la Une de l’actualité - à l’initiative des associations de victimes - à l’occasion de deux événements distincts : d’une part la (...)
Va-t-on enfin « cadrer » l’amiante ?
par Alain Geerts - 8 mai 2013
Que certains Etats et industries, au nom des intérêts économiques privés, se désintéressent totalement de la santé publique est certes connu. Mais que (...)
Premier procès de l’amiante en France : sur le banc des accusés, l’avocat des victimes !!
par Alain Geerts - 7 septembre 2012
Décidément, la justice donne l’impression de « marcher sur la tête ». Seize ans après la première plainte des victimes de l’amiante, la justice française (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP