Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
L’étude qui va révolutionner l’évaluation des risques du bisphénol A
par Fil d’infos et actualité - 14 juin 2013
Ce ne sont pas des travaux anodins – comme pourrait le laisser penser le sobre communiqué de presse associé – mais bien une étude majeure que publie, mercredi 12 juin dans la revue Environmental Health Perspectives (EHP), une équipe de chercheurs français de l’unité de toxicologie alimentaire de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Leurs résultats sont susceptibles de contraindre les agences de sécurité sanitaire à revoir leurs évaluations des risques présentés par le bisphénol A (BPA) – cette molécule de synthèse omniprésente et suspectée d’être impliquée dans une grande variété de troubles (cancers du sein et de la prostate, obésité, diabète de type 2, troubles neurocomportementaux, etc.). Stéphane Foucard, journaliste au Monde vous explique pourquoi.

Source : lemonde.fr

Les auteurs, conduits par Pierre-Louis Toutain, professeur à l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT), montrent en effet que le BPA peut entrer dans l’organisme via la muqueuse située sous la langue. Une telle voie d’exposition permettrait d’expliquer les forts taux d’imprégnation de la population humaine. Quelle importance revêt une telle découverte ? « Actuellement, l’évaluation des risques considère généralement que des concentrations sanguines de BPA de l’ordre du nanogramme par millilitre [c’est-à-dire biologiquement active] sont impossibles dans la population générale », explique Véronique Gayrard (Ecole nationale vétérinaire de Toulouse, INRA), première auteure de ces travaux. Pourquoi ? Parce que ce qui se retrouve dans le sang est supposé être la part non-dégradée du BPA absorbé par voie intestinale.

Lorsqu’il est absorbé par cette voie, le BPA passe par le filtre impitoyable du foie. Celui-ci le dégrade en très grande partie. La part non dégradée – extrêmement faible – passe dans le sang. Quant à la fraction, très majoritaire, qui a été dégradée par le foie, elle est principalement excrétée dans les urines sous une forme appelée « BPA conjugué » (ou BPA-glucuronide). Or dans les urines, les mesures faites dans la population générale montrent des taux de « BPA conjugué » généralement eux-mêmes très faibles. Trop faibles en tout cas pour que le BPA sanguin – celui qui va jouer un rôle biologique – soit de l’ordre du nanogramme par millilitre, suffisant pour être biologiquement actif...

Il ne devrait donc pas y avoir de concentrations dangereuses de BPA dans le sang. Le hic, c’est que plus d’une cinquantaine d’études de bio-surveillance, mesurant directement le taux de BPA sanguin, ont trouvé des concentrations de cet ordre dans la population générale... D’où ce hiatus : vu les concentrations retrouvées dans les urines, cela semble impossible. C’est donc la posture adoptée par la plupart des agences de sécurité sanitaire, qui jugent ces études non plausibles, estimant que les prélèvements d’échantillons sont systématiquement contaminés. « Le BPA étant ubiquitaire, il est vraisemblable que de telles contaminations puissent en effet se produire, dit Mme Gayrard. Cependant, il ne nous paraissait pas scientifiquement satisfaisant de penser que toutes ces études de bio-surveillance aient été biaisées de cette sorte. »

D’où la recherche d’une explication. Sur un modèle animal – le chien – les chercheurs français ont montré que le BPA résidant dans la cavité buccale pouvait passer dans le sang via la muqueuse sublinguale, très fine et très vascularisée. Selon leurs mesures, la proportion de BPA qui se retrouve dans le sang est alors comprise entre 70% et 90%, contre moins de 1% lorsque le BPA passe par la voie intestinale – c’est-à-dire sous les fourches caudines du foie. Transposé à l’homme, le mécanisme permet de réconcilier les mesures urinaires et sanguines de BPA. « Pour l’heure nous avons montré que ce mécanisme est avéré chez le chien et s’il est plausible chez l’homme, il n’est pas encore formellement démontré », tempère Mme Gayrard.

Reste qu’une telle voie d’exposition ne serait pas étonnante : certains médicaments sont administrés de cette manière. En outre, elle permettrait d’expliquer pourquoi les très jeunes enfants – qui portent continuellement leurs doigts à la bouche – ont généralement un niveau d’imprégnation au BPA bien supérieur à celui des adultes.

Incidemment, les travaux conduits par Pierre-Louis Toutain suggèrent aussi un fait très troublant : si le BPA ingéré peut passer directement dans l’organisme humain via la muqueuse sublinguale, alors ce pourrait être des dizaines d’études de toxicité du BPA par voie alimentaire, menées sur les rongeurs, qui seraient systématiquement biaisées. Les rongeurs ont en effet l’intérieur de la muqueuse buccale kératinisée, rendant très peu probable une entrée possible par cette voie. La transposition à l’homme de résultats obtenus sur ces animaux pourrait donc conduire à une importante sous-estimation du risque.

Voir aussi :
REACH : la mise en œuvre décevante d’un règlement exemplaire
par Valérie Xhonneux - 8 juin 2017
Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d’impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la (...)
MENACE SUR LE CERVEAU – Agir pour protéger les enfants des produits chimiques qui menacent le développement cérébral
par Valérie Xhonneux - 7 mars 2017
CHEM Trust publie aujourd’hui un rapport qui montre comment les produits chimiques présents dans l’alimentation et les produits de consommation (...)
Perturbateurs endocriniens : nouvel échec de Bruxelles
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
La Commission européenne renonce, pour la troisième fois, à soumettre au vote son projet de réglementation de ces produits chimiques dangereux (...)
Pollution de l’air : au-delà de la météo, agir enfin sur les causes !
par Céline Tellier - 8 décembre 2016
La Belgique subit depuis ce mardi un pic de pollution sur l’ensemble de son territoire. Inter-Environnement Wallonie tient à rappeler qu’au-delà (...)
Duel de réputation : Bayer / Monsanto
par Alain Geerts - 6 octobre 2016
« La fusion entre la firme allemande Bayer, celle qui a inventé l’aspirine, et l’américain Monsanto étonne. Si Bayer a bonne réputation, celle de (...)
Soirées : « Agir pour la santé dans l’environnement »
par Valérie Xhonneux - 4 octobre 2016
Notre santé et celle de l’environnement sont intimement liées. Nos conditions et modes de vie ont un impact sur notre environnement (pollution de (...)
Participez d’ici le 28 juillet à l’enquête publique sur les perturbateurs endocriniens
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2016
Le 15 juin, la Commission Européenne a présenté sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens. Adoptés tels quels, ils ne (...)
Glyphosate : le principe de précaution jeté aux orties
par Valérie Xhonneux - 1er juillet 2016
La Commission a annoncé ce 28 juin qu’elle prolongeait pour 18 mois l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Si la déception est de mise (...)
Le Ministre Borsus entendra-t-il ses parlementaires : la Belgique ne doit plus autoriser le glyphosate !
par Valérie Xhonneux - 27 juin 2016
Depuis plusieurs mois, la saga autour du glyphosate fait rage, et nous avons pu observer les passes d’armes entre les autorités européenne, fédérale (...)
Perturbateurs endocriniens : les ministres DOIVENT, ce vendredi, obliger la Commission à se conformer à la décision de la Cour de Justice !
par Valérie Xhonneux - 4 mars 2016
Ce vendredi 4 mars a lieu le Conseil des ministres de l’environnement européen. Son agenda prévoit un point de discussion sur les critères (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP