Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Les nanotechnologies - Comprendre
Lettre ouverte de la société civile sur le registre belge des nanos matériaux
par Pierre Titeux - 9 décembre 2013

La société civile a eu l’occasion de prendre part aux discussions relatives à la mise en oeuvre d’un registre belge des nanomatériaux. Pour les autorités fédérales, ce registre a pour objectif, notamment, d’assurer la traçabilité des nanomatériaux. Pour cela, le registre doit garantir la transparence envers la société de manière générale et envers les travailleurs. La présidence belge de l’UE recommandait d’ailleurs en 2010 aux Etats membres de légiférer en la matière.

En tant qu’associations membres de la société civile, nous accueillons très favorablement l’objectif poursuivi par le projet d’arrêté royal en ce qu’il permet d’obtenir à certains égards la traçabilité et l’enregistrement des substances manufacturées à l’état nanoparticulaire. La traçabilité est importante au vu des nombreuses incertitudes qui existent quant aux risques de ces matériaux. Et les citoyens ont le droit de connaitre les expositions qu’ils subissent dans le cadre de leur activité professionnelle, ce qu’ils achètent, ce qu’ils consomment et de quelle manière leurs choix affectent, ou non, la société et l’environnement.

Cependant, certains points restent extrêmement préoccupants et amoindrissent fortement l’objectif poursuivi par le projet d’arrêté royal ; notamment en ce qui concerne son champ d’application et ses exclusions, la protection et l’information des travailleurs et la diffusion de l’information vers le grand public.

1. Le champ d’application

Nous sommes excessivement interpellés par l’exclusion de certains types de nanomatériaux, tels que les pigments et les nanomatériaux de remplissage, sans qu’aucune information ne soit disponible quant aux possibilités que leur utilisation entraine une exposition de l’être humain ou de l’environnement et donc également en l’absence d’information quant aux risques qui pourraient être associés à cette exposition.

De notre point de vue, il ne devrait pas être possible d’exclure un nanomatériau du champ d’application du registre à moins qu’une des conditions suivantes ne soit remplie :

  • l’existence d’une régulation requérant l’enregistrement de données similaires à celles prévues dans le projet d’arrêté royal, données auxquelles l’Administration fédérale doit avoir un accès aisé ;
  • la disponibilité de données attestant de l’absence de danger d’un nanomatériau pour la santé humaine ou l’environnement et, ce, sur l’ensemble du cycle de vie du produit ;
  • la disponibilité de données attestant de l’absence d’exposition de l’être humain ou de l’environnement à un nanomatériau et ce sur l’ensemble du cycle de vie du produit.
  • Si une dispense d’enregistrement de certains nanomatériaux devait être envisagée, elle ne doit l’être que sur base des critères repris ci-dessus et pour autant que les informations requises aient été fournies à l’Administration fédérale et vérifiées par celle-ci avant l’entrée en vigueur du registre.

Plusieurs conseils d’avis ont exprimé leur point de vue au Gouvernement quant au projet d’arrêté.(1) Le Conseil supérieur de la santé a également remis un avis, mais celui-ci n’est pas accessible. Ce point de vue devrait pouvoir éclairer l’analyse de l’ensemble des parties concernées par ce projet de registre avant adoption formelle de celui-ci par le Gouvernement. Il est dès lors également impératif que nous puissions avoir connaissance du contenu de l’avis rendu par la Conseil supérieur de la Santé sur ce point avant que celui-ci ne soit publié.

2. La protection des travailleurs

Le projet d’arrêté royal ne prévoit ni l’enregistrement des travailleurs exposés aux nanomatériaux, ni l’information pour ceux-ci. L’information aux travailleurs est un aspect essentiel qui a été relevé par l’ensemble des Conseils.

La protection des travailleurs contre les risques potentiels d’une exposition aux nanomatériaux est pourtant cruciale. Vu l’expansion du marché des nanomatériaux, l’augmentation des activités de recherches et développement, les travailleurs sont de plus en plus souvent exposés, et à des concentrations de plus en plus importantes.

La réglementation actuelle, notamment l’obligation pour l’employeur d’effectuer des analyses de risques et de mettre en place une politique de prévention, s’avère inefficace. Une des raisons est le manque total d’information sur la présence de nanomatériaux dans les entreprises, leurs propriétés, les risques particuliers liés à leur échelle nanoscopique, leurs utilisations et les scénarios d’expositions dans les entreprises.

Les informations collectées dans le cadre du registre proposé peuvent améliorer de manière significative la protection et l’information des travailleurs. Certaines conditions doivent néanmoins être assurées. Dans l’avis 1870 du Conseil National du Travail du 22 octobre 2013, nous avons formulé, avec les organisations représentatives des employeurs, des propositions concrètes pour garantir la diffusion de l’information à tous les stades de la chaîne de production :

  • enregistrement dans les fiches de données de sécurité de toutes les informations relatives aux substances chimiques présentes sous leur forme nanométrique ;
  • information des représentants des travailleurs via le comité de prévention et protection au travail (ou la délégation syndicale ou les travailleurs eux-mêmes) sur l’enregistrement d’une substance ou d’un article qui contient des substances enregistrées et avec lesquelles les travailleurs peuvent entrer en contact ;
  • accès du Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation Sociale aux informations du registre pour assurer la surveillance de la protection des travailleurs et, en cas de nécessité, prendre des mesures de prévention.

3. L’information au grand public

Nous devrions tous avoir accès à des informations transparentes et complètes sur les nanomatériaux et les produits qui en contiennent. A l’heure actuelle, les consommateurs n’ont aucune idée des produits qui contiennent des nanomatériaux, et l’industrie ne veut donner aucune information claire. Si le projet d’arrêté royal contient des dispositions pour protéger la confidentialité des données des entreprises, il ne prévoit aucune disposition pour assurer l’information des consommateurs quant aux produits qui seront repris dans le registre, et qui donc contiennent des nanomatériaux.

En vous remerciant pour votre attention, nous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations respectueuses.

Lettre ouverte de la société civile sur le projet d’Arrêté Royal relatif à la mise sur le marché des substances manufacturées à l’état nanoparticulaire.

Organisation signataires :

Voir aussi :
L’encadrement des nanomatériaux totalement à la masse
par Valérie Xhonneux - 24 février 2017
Voilà 10 ans (et plus) que la question de l’encadrement des nanomatériaux a été posée. Qu’il s’agisse de l’encadrement législatif, par le biais de REACH, (...)
Plus de nanos, plus de questions !
par Fil d’infos et actualité - 4 novembre 2013
Nouvelle mise à jour de l’inventaire des produits de consommation contenant des nanomatériaux par le PEN L’inventaire des « nanoproduits » du (...)
De l’utilité d’un registre des nanomatériaux
par Valérie Xhonneux - 30 mai 2013
Une semaine après le décès de Heinrich Rohrer, colauréat du prix nobel de physique de 1986 pour son invention du microscope à effet tunnel, et qui a (...)
Etablir un registre Belge des nanomatériaux : lettre ouverte
par Valérie Xhonneux - 7 mai 2013
Les nanomatériaux sont de nouveaux matériaux manufacturés, d’une taille extrêmement petite (un nanomètre équivaut à un milliardième de mètre). De ce (...)
De plus en plus de nano-argent dans les produits de consommation
par Valérie Xhonneux - 6 mars 2013
L’ANEC (European consumer voice in standardisation) et le BEUC (European Consumers’ Organisation) s’inquiètent du nombre croissant de produits qui (...)
Nanoparticules : le marché fonce les yeux fermés
par Valérie Xhonneux - 23 novembre 2012
Aujourd’hui, plus d’un millier de produits contenant des nanoparticules manufacturées ou produits à l’aide des nanotechnologies sont disponibles sur (...)
Nanomatériaux et Environnement, un excellent dossier !
- 18 septembre 2012
L’AVICENN, Association de Veille et d’Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies, vient de publier son dossier « (...)
Les nanotubes de carbones toxiques pour les organismes aquatiques
par Valérie Xhonneux - 27 août 2012
Comptant parmi les matériaux les plus solides existant, les nanotubes de carbone sont d’ores et déjà largement utilisés dans nombre de matériaux (...)
Tromperie sur la marchandise ? Des nanoparticules identifiées dans des crèmes solaires prétendument « sans nano »
- 21 août 2012
Des crèmes solaires vendues avec la mention « sans nano » contiennent en fait de l’oxyde de zinc sous forme nanoparticulaire. Les entreprises (...)
Controverse sur l’étude par BASF des effets de nanomatériaux sur la santé
- 31 mai 2012
L’annonce récente d’un partenariat entre le gouvernement allemand et BASF pour une étude des effets de nanoparticules sur les poumons a suscité une (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP