Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Les coûts sanitaires effarants du bisphénol A
par Valérie Xhonneux - 27 janvier 2014

Les conclusions de la première étude menée sur les coûts sanitaires du bisphénol A (BPA) [1] laisse peu de place au doute : il est indispensable et urgent que l’Union Européenne interdise l’utilisation de BPA dans les contenants alimentaires !

Cette étude, menée aux Etats-Unis et publiée dans Health Affairs, indique que retirer le BPA de ses applications en lien avec l’alimentation pourrait prévenir 6.236 cas d’obésité infantile et 22.350 cas de maladies cardiaques par an aux Etats-Unis avec un bénéfice économique potentiel de l’ordre de 1,74 milliard de dollars (1,28 milliard d’euros). Et les coûts réels associés au BPA sont très certainement bien plus élevés encore puisque cette étude se focalise sur deux maladies liées à une exposition via les produits alimentaires alors que la substance, produite à plus d’un million de tonnes chaque année, se retrouve dans bien d’autres applications [2].

Tant l’Union Européenne que les Etats-Unis ont décidé de bannir le BPA des biberons en plastique. Mais malgré l’accumulation des liens mis à jour entre l’exposition à cette substance et des dommages au niveau de la reproduction, du système nerveux, du système immunitaire, du système cardiovasculaire et du métabolisme de manière générale, ni l’un ni l’autre ne semble se décider à légiférer pour les autres contenants alimentaires.

Les auteurs de l’étude indiquent que si d’autres données sont nécessaires, les bénéfices sanitaires et économiques qui découleront d’une telle mesure dépasseront probablement les coûts liés à l’utilisation d’une alternative plus sûre au BPA.

Les associations de protection de la santé, sous l’égide de HEAL et par l’intermédiaire de la campagne EDC Free Europe [3], estiment que cette étude doit impulser auprès de la Commission européenne une remise en question de sa politique actuelle et ce dans les différents textes qui encadrent l’utilisation du BPA (notamment REACH, le règlement sur les contenants alimentaires et le règlement pesticides). Il est inacceptable que les organes régulateurs, sous prétexte d’une crise économique, ne prennent en considération que les intérêts économiques à court terme et refusent d’imposer aux industries une dynamique de substitution du BPA – et des autres substances chimiques perturbants le système hormonal.

notes :

[1] Le BPA est une substance chimique utilisée dans la production de plastique polycarbonate et du revêtement intérieur des contenants alimentaires en aluminium. Il est largement considéré comme ayant des propriétés de perturbation du système endocrinien bien qu’il n’ait pas encore été reconnu comme tel par l’Union Européenne

[2] Si l’alimentation est la source majeure d’exposition au BPA, les mastics dentaires et les papiers thermiques constituent d’autres sources d’exposition

[3] Cette campagne plaide pour une prise en compte des avantages sanitaires, sociaux et économiques comme un tout par la Commission Européenne lors de la définition de ses mesures régulatrices sur les perturbateurs

Voir aussi :
REACH : la mise en œuvre décevante d’un règlement exemplaire
par Valérie Xhonneux - 8 juin 2017
Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d’impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la (...)
MENACE SUR LE CERVEAU – Agir pour protéger les enfants des produits chimiques qui menacent le développement cérébral
par Valérie Xhonneux - 7 mars 2017
CHEM Trust publie aujourd’hui un rapport qui montre comment les produits chimiques présents dans l’alimentation et les produits de consommation (...)
Perturbateurs endocriniens : nouvel échec de Bruxelles
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
La Commission européenne renonce, pour la troisième fois, à soumettre au vote son projet de réglementation de ces produits chimiques dangereux (...)
Pollution de l’air : au-delà de la météo, agir enfin sur les causes !
par Céline Tellier - 8 décembre 2016
La Belgique subit depuis ce mardi un pic de pollution sur l’ensemble de son territoire. Inter-Environnement Wallonie tient à rappeler qu’au-delà (...)
Duel de réputation : Bayer / Monsanto
par Alain Geerts - 6 octobre 2016
« La fusion entre la firme allemande Bayer, celle qui a inventé l’aspirine, et l’américain Monsanto étonne. Si Bayer a bonne réputation, celle de (...)
Soirées : « Agir pour la santé dans l’environnement »
par Valérie Xhonneux - 4 octobre 2016
Notre santé et celle de l’environnement sont intimement liées. Nos conditions et modes de vie ont un impact sur notre environnement (pollution de (...)
Participez d’ici le 28 juillet à l’enquête publique sur les perturbateurs endocriniens
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2016
Le 15 juin, la Commission Européenne a présenté sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens. Adoptés tels quels, ils ne (...)
Glyphosate : le principe de précaution jeté aux orties
par Valérie Xhonneux - 1er juillet 2016
La Commission a annoncé ce 28 juin qu’elle prolongeait pour 18 mois l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Si la déception est de mise (...)
Le Ministre Borsus entendra-t-il ses parlementaires : la Belgique ne doit plus autoriser le glyphosate !
par Valérie Xhonneux - 27 juin 2016
Depuis plusieurs mois, la saga autour du glyphosate fait rage, et nous avons pu observer les passes d’armes entre les autorités européenne, fédérale (...)
Perturbateurs endocriniens : les ministres DOIVENT, ce vendredi, obliger la Commission à se conformer à la décision de la Cour de Justice !
par Valérie Xhonneux - 4 mars 2016
Ce vendredi 4 mars a lieu le Conseil des ministres de l’environnement européen. Son agenda prévoit un point de discussion sur les critères (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP