Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Alimentation - Comprendre
Plantes médicinales bientôt interdites dans l’UE ? FAUX !
par Anne Thibaut - 17 mai 2011

Depuis plusieurs mois, la rumeur circule sur Internet par le biais de plusieurs pétitions qui annoncent qu’une législation européenne interdira la vente de médicaments à base de plantes et les remèdes naturels en Europe. Cette crainte n’est pas fondée, le commerce de plantes médicinales ne sera pas interdit, seul l’emploi du mot ’médicament’ pour ces plantes sera mieux surveillé. Voici ce qu’en disent le CRIOC et Nature et Progrès

Sources :
CRIOC.be, natpro.be et Syndicat inter-massifs pour la production et l’économie des SIMPLES

La directive 2004/24/CE, qui est rentrée en vigueur le 30 avril 2011, réglemente les demandes d’autorisation de mise sur le marché d’un médicament à base de substances végétales. Ce texte ne prévoit pas d’interdire la médecine naturelle par les plantes, mais met en place un système d’enregistrement pour les médicaments à base de plantes qui, parce qu’ils satisfont à certains critères, peuvent être qualifiés de médicaments traditionnels à base de plantes.

Concrètement le demandeur de l’enregistrement d’un médicament traditionnel à base de plantes doit seulement fournir une documentation démontrant l’innocuité du produit concerné dans les conditions d’emploi spécifiées et apporter la preuve d’un historique de qualité avéré du produit, en l’occurrence au moins trente années d’utilisation en toute sécurité, dont quinze dans l’Union. Par conséquent, le résultat de la directive est que les médicaments traditionnels à base de plantes mis sur le marché de l’Union européenne seront mieux surveillés.

Le but de la nouvelle directive n’est donc pas de faire disparaître les produits naturels ou d’interdire les vitamines, suppléments minéraux, tisanes et autres plantes médicinales.

Par contre, selon Nature et Progrès, il subsiste par contre un réel problème de la directive 2004/24/CE et qui est passé sous silence par la communication mensongère que l’on subit. Cette directive fait partie d’une politique partiale et réductrice qui favorise l’hégémonie des trois cultures actuellement dominantes au niveau mondial : occidentale (officielle), chinoise et indienne (ayurvédique). Tous les remèdes qui ne sont pas reconnus depuis minimum 30 ans (15 si provenant de l’Union européenne) devront passer par des procédures, certes allégées, mais longues d’agréments. Ce sont donc les défenseurs des médecines naturelles mineures et traditionnelles (créole, tibétain, nigérien, cévenol, etc) qui seront les plus touchés par la directive, à moins de prouver avec diligence un passé d’utilisation conséquent. Le problème c’est que dans ces sociétés à la connaissance encore fortement ancrée dans la tradition orale, il sera plus difficile de récolter des preuves …

Pour en savoir plus, lire la déconstruction point-par-point faite par Thierry Thévenin (directeur du Syndicat Inter-Massifs pour la Production et l’Economie des Simples Médecines).

Voir aussi :
Journée d’étude // Surplus agricoles et aide alimentaire : pistes pour renforcer les liens entre acteurs
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
En Belgique, un nombre croissant de personnes ont recours à l’aide alimentaire pour survivre. Le nombre de colis alimentaires distribués ne cesse (...)
Nouveau kit pour animer des activités sur l’alimentation durable
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
Notre système alimentaire nous confronte aujourd’hui à de nombreuses problématiques. Il exerce des pressions importantes et souvent destructrices sur (...)
Adieu veau, vache, cochon, couvée ?
par Alain Geerts - 9 mars 2017
Comme l’évoque Florence Burgat dans son essai L’humanité carnivore, « l’industrialisation de la viande, d’une part, et la montée en puissance d’un (...)
De nombreux défis menacent l’avenir de la sécurité alimentaire mondiale
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
L’objectif visant à éradiquer la faim d’ici à 2030 ne pourra être atteint sans de nouveaux efforts 22 février 2017, Rome - Les pressions sur les (...)
Etude sur les circuits courts : Pistes pour améliorer leur durabilité.
par Anne Thibaut - 10 octobre 2016
Oui, on peut le dire les circuits courts font l’unanimité. Le « consommons local, wallon, patriote, » est sur toutes les lèvres de nos dirigeants (...)
L’Anses passe au crible l’alimentation des enfants de moins de trois ans
par Fil d’infos et actualité - 29 septembre 2016
L’Agence publie ce jour la première photographie des expositions alimentaires à un très grand nombre de substances des enfants de moins de trois ans. (...)
Tourisme durable : une offre alimentaire locale et de qualité dans les restaurants et les hébergements ?
- 25 septembre 2016
On apprenait ce printemps que le maire de la ville de Florence, Dario Nardella, avait décidé d’imposer 70% de produits locaux (toscans) dans les (...)
Lutter contre l’obésité exige de s’attaquer à l’industrie agro-alimentaire
par Alain Geerts - 23 mai 2016
Ce 23 mai est la journée européenne de lutte contre l’obésité. Localement, c’est à dire en Wallonie, elle touche 16% de la population. L’obésité et le (...)
L’Exposition universelle de Milan ébranlera-t-elle la domination du low-cost alimentaire ?
par Alain Geerts - 1er mai 2015
Ce premier mai s’ouvre, à Milan, l’Exposition universelle dont le thème est Nourrir la Planète, Energie pour la vie. La Belgique y gère un pavillon (...)
19 OGM autorisés : la Commission donne des gages à l’industrie
par Fil d’infos et actualité - 28 avril 2015
Le 24 avril 2015, la Commission européenne a autorisé l’importation de 19 plantes génétiquement modifiées (PGM). Cette décision a été prise suite à (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP