Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/La-survie-des-dauphins-menacee-par-des-contaminations-aux-PCBs
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
La survie des dauphins menacée par des contaminations aux PCBs
par Valérie Xhonneux - 22 février 2010

Le plus haut niveau de contamination de mammifères marins par les PCBs vient d’être rapporté par les chercheurs de Fort Johnson. Origine de cette contamination : les poissons dont les dauphins (mais aussi les humains) se nourrissent. Conséquence : le système immunitaire des dauphins est fortement affaiblit... et leur survie menacée.

Les biphényles polychlorés (PCBs) ont longtemps été utilisés comme fluides diélectriques dans les transformateurs. Mais du fait de leur toxicité et de leur persistance dans l’environnement, leur production fut interdite en 1979 et ils furent intégrés en 2001 dans la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, liste dite des « 12 salopards » [1].

30 ans après l’interdiction de leur utilisation, les PCBs sont toujours bien présents dans notre environnement, contaminant les eaux, les sols et la chaîne alimentaire. Leurs impacts sur la faune marine sont bien connus : perturbation du système reproducteur, atteintes au foie, affaiblissement du système immunitaire n’en sont que quelques exemples. Une combinaison d’études sur les dauphins, les lions de mer californiens et des études de contrôles sur les rats en laboratoire montrent des liens entre le développement de maladies par ces animaux, comme l’épilepsie, et par les humains et la présence de PCBs.

Si la contamination des mammifères marins par les PCBs fait désormais partie de la routine, les niveaux observés par les chercheurs de Fort Johnson sont sans précédent. D’après Lori Schwacke, chercheuse au NOAA Oceans and Human Helth Center of Excellence à Fort Jonhson, l’affaiblissement du système immunitaire des dauphins les rend extrêmement vulnérables et le moindre virus pourrait entraîner des mortalités en masse.

L’inquiétude qui découle de ces résultats est d’autant plus importante que les humains consomment les mêmes poissons que les dauphins. Et si les quantités ingérées sont bien moindre, des impacts sur la santé voient le jour à des niveaux de contamination plus faibles. Les chercheurs recommandent donc de réaliser rapidement des études complémentaires afin de mieux définir le risque pour la santé humaine.

Crédit photographique : © william lejeune - Fotolia.com

notes :

[1qui comprend l’hexachlorobenzènes, l’endrine, le mirex, le toxaphène, le chlordane, l’heptachlore, le DDT, l’aldrine, la dieldrine, des PCB, des dioxines et des furannes