Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Les-ours-polaires-intoxiques-par-nos-polluants-industriels
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Les ours polaires intoxiqués par nos polluants industriels !
par Valérie Xhonneux - 9 septembre 2010

La fonte des glaces diminue inexorablement le territoire vital des ours polaire. Et ce n’est hélas pas le seul effet secondaire : un nouveau danger est apparu pour cette espèce. Les substances chimiques de synthèse, fixée originellement dans la glace, se trouvent libérées dans l’environnement et les contaminent...

Parmi ces substances qui menacent la santé des ours polaires, nous retrouvons les PCBs (Polychlorobiphényle) ou encore retardateurs de flamme (nous vous en parlions également ici).

Estimée à 25.000 individus, la population d’ours polaires n’avait pourtant vraiment pas besoin de cette nouvelle menace, mise en évidence dans une étude publié dans le journal Science of The total Environment. Situés au sommet de la chaîne alimentaire (tout comme les orques, les phoques et... les humains), les ours polaires sont exposés au phénomène de bio-accumulation : au plus l’animal se trouve haut dans la chaine alimentaire, au plus les polluants s’accumulent dans ses tissus à des doses importantes. Ce qui est d’autant plus préoccupant que l’ours consomme d’autres super-prédateurs comme les phoques.

Comment des polluants typiques des régions industrialisées se retrouvent-ils dans la glace arctique ? Deux éléments entrent ici en ligne de compte : leur persistance dans l’environnement (ils se dégradent difficilement - voir pas du tout - dans la nature) et sont volatils. Ils se déplacent par les courants aériens et marins, sur de larges distances et contaminent l’ensemble de la biosphère - y compris donc les zones où ils n’ont jamais été utilisés !

Une fois libérés des glaces, ces polluants se condensent et stagnent dans l’environnement immédiat. Ils pénètrent dans la chaine alimentaire, perturbant le système hormonal des ours - le soumettant à une pression supplémentaire et diminuant ses chances de survie à long terme.

Pour lire l’article complet, cliquez ici (en anglais uniquement)