Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Premier-proces-de-l-amiante-en-France-sur-le-banc-des-accuses-l-avocat-des
Notre environnement - Agents physiques - Comprendre
Premier procès de l’amiante en France : sur le banc des accusés, l’avocat des victimes !!
par Alain Geerts - 7 septembre 2012

Décidément, la justice donne l’impression de « marcher sur la tête ». Seize ans après la première plainte des victimes de l’amiante, la justice française orchestre un premier procès sur l’amiante, en faisant comparaître l’avocat des victimes, et non les responsables indistriels de milliers et de milliers de morts !

Jean-Paul Teissonnière, l’un des avocats historiques des victimes de l’amiante est convoqué ce jeudi 6 septembre 2012 au matin par un juge d’instruction au Palais de justice de Paris pour y être mis en examen... dans le dossier de l’amiante.

L’avocat est attaqué en diffamation par l’un des principaux groupes industriels à l’origine de la commercialisation de l’amiante après-guerre, Eternit, qu’il a accusé d’avoir empoisonné des milliers de victimes. Eternit avait porté plainte suite à un entretien paru dans Télérama où l’avocat comparait les méthodes d’Eternit France et d’Eternit Italie. Le comble, c’est que les dirigeants de ce groupe n’ont jamais été jugés, car ils ont réussi à faire traîner les procédures depuis 16 ans.

En Italie, deux ex-dirigeants de la firme, le belge Louis Cartier de Marchiene et le suisse Stéphane Schmidheiny ont été condamnés, le 13 février 2012, à 16 ans d’emprisonnement ferme par le tribunal de Turin, lors d’un procès pénal sans précédent. Eternit France se défend d’avoir appliqué les mêmes conditions de travail que sa voisine italienne.

« La contribution des dirigeants français d’Eternit à la dissimulation des effets sanitaires de l’amiante est à l’égal de celle des condamnés de Turin », estiment au contraire plusieurs syndicats et associations de défense des victimes de l’amiante (Fondation Henri Pézerat, CGT Eternit Albi…) qui rappellent que Louis Cartier de Marchiene était également membre du conseil d’administration d’Eternit France de 1977 à 1992.

Eternit France a d’ailleurs été condamnée maintes fois pour « faute inexcusable de l’employeur » dans le cadre des procédures de reconnaissance en maladie professionnelle ouverte par des salariés – ou leurs familles en cas de décès – victime d’un cancer ou d’une maladie respiratoire liés aux poussières d’amiante. L’Inserm estime que l’amiante causera 100 000 morts en France entre 1995 et 2025. « La délinquance industrielle a encore quelques beaux jours devant elle », nous expliquait Jean-Paul Teissonnière, qui est aussi l’avocat des syndicats de France-Télécom dans la procédure ouverte après la série de suicides, lors d’un entretien accordé à Basta !... Dans le scandale de l’amiante, la première plainte a été déposée en 1996. 16 ans plus tard, les victimes attendent toujours un procès pénal de ce côté-ci des Alpes.

Sources : Basta ! et Suite101.fr