Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/OGM-la-guerre-secrete-pour-decredibiliser-l-etude-Seralini
Vie active - Alimentation - Comprendre
OGM : la guerre secrète pour décrédibiliser l’étude Séralini
par Alain Geerts - 12 novembre 2012

L’affaire Séralini, du nom du professeur qui publié, dans « Food and Chemical Toxicology », une nouvelle étude qui décrit les effets nocifs à long terme (24 mois) sur les rats d’un régime OGM est certainement loin d’être terminée, même si elle se fera plus discrète dans les médias. Un des derniers articles en date, paru aujourd’hui sur le blog « De l’intérêt du conflit » de RUE89 vaut largement le détour.

Pour enterrer définitivement l’étude controversée du professeur Gilles-Eric Séralini tendant à démontrer la nocivité potentielle d’un maïs OGM et de l’herbicide Roundup,ses détracteurs ont trouvé un moyen simple : obtenir de la très sérieuse revue Food and Chemical Toxicology (FCT) qui l’a publiée, qu’elle se rétracte et « retire » l’étude de la liste de ses publications.

C’est à quoi s’emploient de nombreux experts, dans une bataille qui ressemble à une opération savemment orchestrée. Une véritable guerre de relations publiques où tous les coups sont permis.

La revue scientifique a publié en ligne une vingtaine de lettres de détracteurs ainsi qu’une « réponse aux critiques » rédigée par l’équipe Séralini. Débat scientifique légitime, me diriez-vous ? Pourtant, derrière la cohorte des titres universitaires affichés, se dessine une « biotech-sphère » où s’entremêlent chercheurs en biotechnologie, spécialistes en politique de régulation et représentants de l’industrie.
La tactique de ces partisans de la biotechnologie ? Dénoncer la « mauvaise science » (« junk science ») de ces « chercheurs-militants » systématiquement présentés comme des « activistes liés à la cause écologiste » et « animés d’intérêts personnels ».

Un réseau international

L’une des premières lettres publiées est collective. Elle est signée par 26 personnes, pour la plupart des scientifiques, dont le détracteur national de Séralini : Marc Fellous de l’Association française pour les biotechnologie végétale (AFBV).

Lisez la suite de cet excellent article de Benjamin Sourice en cliquant ici.