Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Nouveau-rapport-bisphenol-A-et-cancer-les-preuves-s-accumulent
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Nouveau rapport : bisphénol A et cancer, les preuves s’accumulent
par Fil d’infos et actualité - 9 avril 2013

Rarement – jamais peut-être – une agence de sécurité sanitaire aura rendu des conclusions aussi alarmantes sur un polluant à ce point omniprésent dans notre environnement quotidien. Au terme d’un travail de longue haleine ayant rassemblé les contributions d’une centaine de scientifiques, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu public, mardi 9 avril, un avis sur le bisphénol A (BPA) singulièrement inquiétant pour les générations à venir.
De toutes les substances chimiques de synthèse capables d’interférer avec le système hormonal (« perturbateurs endocriniens »), le BPA est celle qui entre dans la composition du plus grand nombre d’objets (plastiques, conserves, canettes, amalgames dentaires, etc.) ; il imprègne l’ensemble de la population occidentale.

Selon l’agence française, « certaines situations d’exposition de la femme enceinte au BPA présentent un risque pour la glande mammaire de l’enfant à naître ». En d’autres termes, les enfants exposées in utero à des taux de BPA rencontrés dans la population générale pourront avoir un risque accru de contracter un cancer du sein plus tard dans leur vie.

RISQUE ACCRU DE CANCER DU SEIN POUR L’ENFANT À NAÎTRE

D’autres risques (troubles du comportement, défauts de l’appareil reproducteur femelle, obésité) pour l’enfant à naître ont été évalués comme « négligeables » pour la population générale, mais ne sont pas exclus pour certaines catégories. D’autres risques encore – pour la prostate, la thyroïde, la fertilité masculine, etc. –, avérés ou suspectés sur l’animal, n’ont pu être évalués par les experts, faute de données suffisantes. « Ces risques ne sont pas pour autant exclus », dit-on à l’Anses.

Sur la foi de nombreuses études, menées depuis une vingtaine d’années sur des animaux de laboratoire, le risque retardé de cancer du sein après exposition au stade fœtal est connu de longue date. Mais c’est la première fois qu’une agence d’expertise sanitaire procède à une analyse des risques en complétant la littérature scientifique par de nombreuses mesures d’exposition de la population.

La mesure de BPA dans l’air à l’intérieur des habitations, les poussières, l’alimentation, l’eau, les tickets de caisse, etc. a permis à l’agence d’évaluer cette exposition. Dans 23 % des situations, les femmes enceintes sont potentiellement exposées à des taux de BPA présentant un risque accru de cancer du sein pour l’enfant à naître.

Lisez la suite de cet article de Paul Benkimoun et Stéphane Foucart sur lemonde.fr